RETRAITES ET RETRAITÉS: RAPPORT DE SYNTHESE

RÉUNION DU 18 AVRIL 2019 À L’ASSEMBLÉE NATIONALE
RETRAITES ET RETRAITÉS: RAPPORT DE SYNTHESE

Objet : Compte rendu de la réunion des Présidents des Confédérations, Fédérations, Unions et Associations nationales de retraités, le 18 avril 2019 à l’Assemblée Nationale

A l’initiative des Présidents des Confédérations, des Unions, des Fédérations et des Associations de Retraités et de Conjoints de Retraités s’est tenue, le jeudi 18 avril dernier, dans une salle mise à disposition par l’Assemblée Nationale, la première réunion en vue de la constitution d’un groupe de travail sur les retraites, les retraités et les personnes âgées. Cette réunion était présidée par Monsieur Jean Lassalle, Député des Pyrénées-Atlantiques, Monsieur Guy BISIN, Président et fondateur de l’association « Retraités Agir Ensemble » et Monsieur Thierry BENNE, Retraité-expert.

C’est plus de deux millions de retraités que représentaient les Présidents et autres représentants des dites Confédérations, Fédérations, Unions et Associations, présentes à cette réunion inédite.

La qualité et l’expérience pratique des intervenants ont permis d’examiner l’ensemble des points importants soulevés par les retraités depuis de nombreuses années, parmi lesquels plusieurs thèmes principaux ont émergé au cours de cette réunion, notamment :

1- L’indispensable garantie du pouvoir d’achat des retraités
2- La nécessaire représentation des retraités dans les plus hautes institutions nationales
3- Le grand âge et la dépendance
4- L’importance trop souvent méconnue du bénévolat et de la solidarité intergénérationnelle
5- La réforme des retraites et notamment la pension de réversion
6- Autres réflexions
7- Grand débat national

1 – S’agissant du pouvoir d’achat

On sait que la situation fiscale des retraités n’est plus supportable. Depuis de très nombreuses années, ils sont devenus la cible d’un véritable matraquage abusif et injuste qui a réduit drastiquement leur pouvoir d’achat.

Contrairement aux actifs, en 20 ans, le pouvoir d’achat des retraités a été amputé de quelque 20%, ce qui représente désormais pour eux la perte irréversible de quelque deux mois de pension de retraite par an.

Depuis 2012, cette fâcheuse tendance s’est même accélérée: CASA, suppression de la demi part des veuves et veufs, fiscalisation de la majoration de 10% de la pension et plus pour les personnes ayant élevé au moins 3 enfants ou plus. A cela s’ajoute la hausse de 25% de la CSG, le gel sournois des pensions de retraites depuis plusieurs années, le report d’un an complet des revalorisations à intervenir alors qu’il s’agit de créances largement alimentaires, ainsi que la désindexation des retraites en violation directe de tous les engagements formels du candidat comme du Président de la République.

Cela fait beaucoup pour une très large catégorie (= un quart du total!) de la population qui souffre en silence. C’est en effet par une longue vie de travail et de privations que les retraités ont acquis pour eux et leurs proches, le droit de se mettre à l’abri du besoin durant les dernières années de leur vie.

Les retraités ressentent très douloureusement l’injustice qui les frappe et ils estiment servir fort injustement de variable d’ajustement budgétaire. Ils constatent et ne comprennent pas qu’on les rançonne, eux, les membres les plus faibles de la communauté économique pour favoriser les acteurs les plus forts, que sont les actifs qui détiennent des pouvoirs de négociation ou de changement dont les retraités sont strictement dépourvus.

Pour l’ensemble des retraités, la garantie du pouvoir d’achat passe par la cessation du matraquage fiscal, une suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et une ré indexation immédiate et durable des pensions, de toutes les pensions.

Par ailleurs, il a été noté une grande détresse des pensions du monde agricole. Bien souvent les 1,4M de retraités agricoles, se refusent à percevoir les compléments de solidarité, auxquels ils ont droit, par crainte de leur récupération ultérieure sur la succession. Ils sont en outre frappés d’une double peine, celle d’une carrière difficile à conduire suivie de faibles retraites.

En effet, les retraités agricoles disposent trop souvent d’une retraite inférieure aux minimas sociaux (ASPA) et au seuil de pauvreté. Pour parer à cette anomalie, l’objectif annoncé tend à une revalorisation généralisée des retraites agricoles avec un seuil minimum à 85% du SMIC.

Les retraités agricoles ne veulent pas que perdure l’adage de Voltaire lorsqu’il écrivait « On a trouvé en bonne politique l’art de faire mourir de faim, ceux qui de par leur fonction ont la charge de nourrir les autres ».

2 – La représentation des retraités dans les plus hautes instances de l’Etat, une impérieuse nécessité

Les retraités sont systématiquement tenus à l’écart des instances compétentes qui les concernent. Ils ne délèguent en tant que tels aucun représentant au Conseil d’Orientation des Retraites, au Conseil Economique Social et Environnemental, au Comité de Suivi des Retraites, au Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites, ni trop souvent – ou en nombre infime – dans les Conseils d’Administration et Commissions de toutes les Caisses de retraites.

Or « Il n’y a que la présence autour d’une table qui permet de faire peser de son influence » (Jean-Pierre Raffarin).

Il n’y a pas, non plus, de Ministère ni de Secrétariat d’Etat régissant les retraites, alors que le poids tant des cotisations que des pensions pour la population des 17 millions de retraités représentent environ tant en recettes qu’en dépenses 14% du PIB National, soit l’un des postes majeurs de cette référence, infiniment plus que les grands budgets de l’Éducation Nationale et de la Défense.

Or les retraités demeurent les grands oubliés du Grand Débat National. Ce qui a motivé leur présence à la réunion du 18 avril 2019 à l’Assemblée Nationale.

Il est temps de corriger ces injustices en créant dans les années à venir un Ministère dédié aux retraites, qui traite tant des cotisants que des pensionnés et de lancer un grand programme d’intégration des retraités dans toutes les instances nationales de décision pour les retraités.

Il est aussi nécessaire dans le cadre d’une démocratie sociale majeure et évoluée d’instituer une représentation autonome des retraités, avec une structure spécifique dédiée et ayant des pouvoirs identiques à ceux syndicats professionnels. En effet ceux-ci demeurent, ne l’oublions pas, par leur objet légal, juridiquement cantonnés à la défense des actifs, même si beaucoup n’hésitent pas en créant des sections de retraités, à se trouver implicitement en plein conflit d’intérêts puisque représentants uniques de parties ayant des intérêts distincts et parfois contradictoires.

3 – Le Grand âge et la dépendance

Le grand âge est souvent ressenti comme peu attractif, voire redoutable. Il est facteur de souffrances, de déficits invalidants, d’isolement affectif et social. Les besoins d’aide s’imposent car il est difficile de rester maître de ses choix. Des actions sont menées par certaines associations en partenariat avec des organismes en charge de ces sujets pour transformer et mettre en valeur l’image des vieux par eux-mêmes et dans la société. Il est nécessaire de leur accorder le plus grand intérêt.

Après des années d’angoisse et de vie dans la précarité avec des petites pensions, les retraités sentent pointer une autre angoisse, celle du coût et du financement la dépendance notamment pour les séjours en EHPAD.

Ne pas oublier enfin que la France détient le triste record en Europe du taux de suicide des personnes âgées de 75 ans et plus. Il y un intérêt à porter une attention renforcée au grand âge, surtout lorsque s’achève l’espérance de vie en bonne santé.

Par ailleurs, l’âgisme ambiant a été récemment souligné et dénoncé par le dernier congrès des Sociétés de Gériatrie et de Gérontologie. Il est nécessaire de mener des actions concertées en vue de la reconnaissance du potentiel de l’âge: ressources, compétences, expériences et disponibilité et de faire cesser au plus vite les multiples discriminations dont, souvent au mépris des lois, les retraités sont victimes, y compris de la part des pouvoirs publics.

La Société a besoin des Vieux, de leur présence, leurs regards, leurs propositions, leurs actions. Pour cela notre société doit se préoccuper de faciliter leur mobilité et l’accès aux informations. La société gagnerait à accorder une véritable place reconnue aux vieux.
Le pape Benoit XVI disait: «La qualité d’un pays, je dirai d’une civilisation se juge à la manière dont les personnes âgées sont traitées et à la place qui leur est réservée dans la vie commune».

4 – Retraités, bénévolat et solidarité inter générationnelle
Il est à noter que certaines associations militent pour la mise en place d’actions afin d’amplifier l’engagement des seniors dans la société.
L’Etat doit mener une grande campagne de communication et réfléchir à une reconnaissance du bénévolat sous toutes ses formes soit institutionnelles (notamment municipales), soit personnelles.
L’amorce d’une analyse précise des différentes formes de solidarité intergénérationnelle (aides monétaires et en nature de toutes sortes à l’intérieur de la cellule familiale) est également primordiale, pour cesser de colporter partout l’image désastreuse et fausse de retraités égoïstes, parfaitement indifférents au sort des générations futures.
En effet, il y a nécessité et urgence de mener les études nécessaires pour évaluer régulièrement et de manière parfaitement méthodique toutes ces contributions à la solidarité nationale qu’ignorent complétement une comptabilité nationale profondément archaïque et des instituts statistiques (notamment INSEE et DREES) qui détournent visiblement leur regard de cette importante question.

5 – La réforme des retraites et notamment la pension de réversion

On n’a sans doute pas fini de déplorer les conséquences hautement dommageables de l’opinion selon laquelle les jeunes n’auront plus de retraite. Les jeunes se montrent sceptiques sur l’avenir du système de retraite par répartition. En effet le dernier sondage réalisé par Opinion Way pour l’Agirc-Arrco, montre que 40 % des sondés ne sont pas certains de disposer d’une pension de retraite à la fin de leur carrière.

Il est indispensable d’envisager une sensibilisation des jeunes et des actifs avec une initiation et une préparation systématiques à la retraite des uns et des autres.

Dans le cadre de la réforme des retraites, il y a contradiction entre le report de l’âge de départ d’une part avec l’importance angoissante du chômage des seniors d’autre part, tout comme d’ailleurs avec le principe de la retraite par points.

Près de 4,5 millions de conjoints retraités sont bénéficiaires à titre d’ayants droit de la pension de réversion, dont 90% sont des femmes qui n’ont que la pension de réversion pour survivre et dont on connaît l’insuffisance. Après la suppression de la demi-part des veuves en 2014, il serait dommageable pour trop d’entre elles de réduire encore leurs maigres pensions dans le cadre de la réforme des retraites.

Le sort des veuves de militaires est à souligner. En effet, elles ont consacré leur vie à l’éducation des enfants et à l’organisation matérielle pour les besoins de la famille durant les longues absences de leur conjoint. Pour elles, la pension de réversion est vitale.

Le régime particulier de bonification pour campagne et services rendus à la Nation dans le calcul des pensions des militaires de carrière doit être préservé en maintenant les bonifications de campagne applicables aux pensions de militaires en opération extérieures mais aussi aux militaires sur le sol français notamment en outre-mer.

Le triste sort qui a récemment coûté la vie de nos deux soldats, héros d’une guerre implacable contre le terrorisme en libérant des otages, nous rappelle à la réalité de la vie difficile de nos soldats.

Les retraités ne demandent pas la charité, mais la reconnaissance de leurs mérites, de leurs besoins légitimes et de leur dignité, seuls critères pour leur assurer un avenir plus serein.

6 – Autres thèmes de réflexion

Par ailleurs, différents thèmes ont été évoqués qui méritent que l’on y prête la plus grande attention.

Notre génération est la première à devoir assumer aussi longtemps la solidarité envers des enfants qui entrent de plus en plus tard dans la vie active et des parents dont, grâce à la médecine, la survie s’est de beaucoup accrue.

S’agissant de l’assurance-vieillesse, elle implique – comme son nom l’indique mais comme l’oublient trop souvent l’État et les partenaires sociaux – une collaboration effective entre les actifs (volet assurance / cotisations) et les retraités (volet vieillesse / pensions).

Face au reproche portant sur le coût excessif des pensions (14% du PIB), il est nécessaire de rappeler qu’en vertu du principe de l’équilibre des flux, les recettes issues des cotisations sont pratiquement au même niveau. Donc toute économie sur les pensions devrait réciproquement entraîner une réduction proportionnelle des cotisations et donc sans procurer de solde tangible à tous ceux qui lorgnent sur les retraites parce qu’ils ne savent pas réduire autrement la dépense publique.

7 – Grand débat et annonces du Président de la République

S’agissant du Grand Débat National et suite aux annonces du Président de la République du 26 avril 2019, force est de constater par les retraités que le compte n’y est pas et même pas du tout, en dehors d’annonces électorales à portée soigneusement différée destinées à éviter au pouvoir lors du scrutin européen un vote-sanction des retraités parfaitement mérité.

Les retraités ont bien noté une timide tentative de rééquilibrage fiscal, mais ils constatent qu’il ne leur est restitué que très partiellement ce qui leur a été pris depuis le 1er janvier 2018 et qui existait déjà auparavant. Pour tout dire, l’augmentation de CSG non compensée est très mal passée, ressentie par tous ou presque soit comme une provocation inutile, soit comme une vexation de la part d’un pouvoir qui présente trop facilement les retraités comme des nantis, des parasites cou des inactifs.

S’agissant de la ré indexation des petites retraites en 2020, elle semble rendue caduque du fait du projet de la loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2019 et de la décision du Conseil Constitutionnel qui a cassé la disposition pour 2020.

Conclusion

Cette réunion inédite du 18 avril 2019 fut une première, il est envisagé pour cette année d’en organiser deux autres en juin et en septembre.

Les retraités demandent que, dans un souci d’équité, toutes les composantes de la société française soient traitées de la même manière et qu’aucune discrimination ne soit créée ou entretenue entre les actifs et les retraités ou même entre les retraités eux-mêmes.

Car pour la plupart, leur grand âge n’a en rien altéré leurs facultés de raisonnement, enrichies encore par l’expérience. Or les retraités ont parfaitement conscience que le patronat n’a aucun intérêt à voir s’asseoir à la table des négociations un nouveau partenaire mal connu, que les syndicats ne souhaitent nullement perdre une partie de leurs prérogatives en admettant aux débats des retraités qu’ils prétendaient défendre jusqu’alors et enfin que le pouvoir se satisfait parfaitement de ses interlocuteurs habituels qu’il connaît et manœuvre aisément, plutôt que d’introduire dans la mécanique fragile des retraites un tiers État sans nul doute moins conciliant et nettement plus revendicatif.

Mais, cette sinistre anomalie ne peut plus durer. Outre un fort besoin de reconnaissance et de représentativité, il convient d’apporter aux retraités d’autres réponses qui leur donneraient la garantie ferme et définitive du maintien du pouvoir d’achat auquel ils ont droit pour vivre dignement.

Par ailleurs, nous demandons solennellement à Monsieur Le Député Jean Lassalle de bien vouloir transmettre ce constat à toutes les autorités compétentes, inclus les plus hautes, afin de faire remonter à qui de droit – tant auprès du Parlement que de l’Exécutif – la problématique des retraités qui représentent – il ne faut pas l’oublier – plus du tiers du corps électoral du pays. Comment ne pas s’étonner en effet que ces mêmes retraités affolent constamment tous les capteurs de l’administration fiscale qui les taxe tant et plus, comme ceux des administrations sociales qui les rationnent sans cesse davantage, sans jamais activer les radars décidément assoupis de notre démocratie sociale. Il est important que les doléances et vœux de la majorité des retraités soient pris en compte. Il faut rétablir enfin un climat de justice et d’apaisement passablement détérioré par les dernières initiatives d’un pouvoir prédateur qui, ces dernières années, a eu trop tendance à considérer l’argent des pensions comme une sorte de réserve, dans laquelle il peut puiser sans retenue aucune, pour compenser les carences d’une maitrise des dépenses à laquelle, malgré toutes ses promesses, il ne parvient toujours pas.

Post-Scriptum: même s’il s’est efforcé de retranscrire le plus fidèlement possible la teneur des débats, il est entendu que, malgré les efforts conjoints de ses deux rédacteurs, le compte-rendu ci-dessus ne peut prétendre résumer en moins de 7 pages la teneur exhaustive de trois heures de débats extrêmement riches. Par contre, il restitue fidèlement les points essentiels d’une réunion qui, sans le moindre temps d’observation, s’est immédiatement attachée à cerner le plus précisément possible l’ensemble de la problématique des retraités.

Cette réunion a été présidée par :

Monsieur Jean LASSALLE, Député des Pyrénées-Atlantiques,
Monsieur Guy BISIN, Président et fondateur de l’association « Retraités Agir Ensemble »,
Monsieur Thierry BENNE, en qualité de retraité-expert.

Elle a permis de réunir les présidents ou représentants des 21 Confédérations, Fédérations et Associations Nationales, qui ont participé ou ont été représentées à la réunion du 18 avril 2019 à l ‘Assemblée Nationale, énumérées ci-dessous:

CFR Confédération Française des Retraités
ANR Association Nationale des Retraités
GENERATION MOUVEMENT Fédération Nationale
FNAR Fédération Nationale des Associations des Retraités
UFR Union Française des Retraités
CNR Confédération Nationale des Retraités
CNRPL Confédération Nationale des Retraités Professions libérales
UNRPA Union Nationale des Retraités et des Personnes Agées
Union des Retraités du Crédit Lyonnais
URCL Ile de France Union des Retraités du Crédit Lyonnais Ile de France
Association Old UP
URNP Union des Retraités de la Police Nationale
ANHR Association Nationale des Hospitaliers Retraités
ANHR Bordeaux
ANRPO Association Nationale des Retraités de la Poste et d’Orange
FGRFP Fédération Générale des Retraités de la Fonction Publique
ANRAF Association Nationale des Retraités Agricoles de France
ANOCR Association nationale des officiers de carrière en retraite,
des veuves, veufs et orphelins d’officiers
AOM Association des officiers de la marine
FNRG Fédération nationale des retraités de la gendarmerie
UNPRG Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie

Liste des 17 Confédérations, Fédérations et Associations Nationales n’ayant pas participé à la réunion du 18 avril 2019 à l ‘Assemblée Nationale mais dont certaines ont adressé leurs doléances et leurs vœux dans le cadre de cette réunion-débat.

FNAR Fédération Nationale des Associations des Retraités
UFR Union Française des Retraités
UNAPL Union Nationale des Professions Libérales
UFRB Union Fédérale des Retraités des Banques
Association JUBILACION
Sauvegarde Retraites
ANRP Association Nationale des Retraités de la Police
CNRM Confédération des Retraités Militaires Veuves de Militaire de Carrière
CNR Confédération Nationale des Retraités
ARPA Association des Retraités de Production Agricoles et Alimentaire
Association des Retraités de la FNSEA
FNSEA Section Nationale des anciens exploitants
FNOM Fédération nationale des officiers mariniers, quartiers maîtres en retraite et veuves
UNSOR Union nationale des sous-officiers en retraite
FNAROPA Fédération Nationale des Associations de Retraités d’Entreprises et d’Organismes Professionnels Agricoles et Agro-Alimentaires
AREMAE Association des Retraités du Ministère de l’Europe des Affaires Etrangères
ANPR Association Nationale des Pharmaciens Retraités
ALR Association Liberté Retraite de la Banque Postale

Signataires du rapport :

Guy BISIN Thierry BENNE
Président-fondateur Retraité-Expert
de l’Association
« Retraités Agir Ensemble »

Présidents et représentants
des Confédérations, Fédérations,
Associations Nationales de retraités,
conjoints de retraités et personnes âgées

PS : une seconde réunion est prévue le 13 Juin 2019.

Les commentaires sont fermés.

29 requêtes. 0,536 secondes.